Approvisionnement & circuits courts

L’approvisionnement, un enjeu de taille pour la sauvegarde de notre patrimoine bâti

Le sujet de l’approvisionnement en lauzes est un enjeu de taille, tant sur l’aspect qualitatif, quantitatif qu’en termes de structuration de la filière en circuits courts.

Cet enjeu dépasse largement la profession des Couvreurs Lauziers, car de la pérennité et de la qualité des sources d’approvisionnement dépend aussi la pérennité du patrimoine bâti actuellement couvert en lauzes.

Or, la plupart du temps, ce patrimoine bâti reflète l’identité d’un département, d’une micro-région, d’un village classé, d’un centre-ville médiéval … Il symbolise un style architectural, une histoire, et participe pleinement à l’image et donc à l’attractivité des lieux.

Quand l’accès à une ressource locale et de qualité tend à être menacé, c’est donc le patrimoine de nos régions qui progressivement se fragilise. Dans le pire des cas, comme on le voit de plus en plus souvent, l’appel à des ressources provenant d’ailleurs (hors UE) vient malheureusement combler le besoin.

Une demande plus forte que l’offre

Actuellement, la demande en lauzes est importante sur deux matériaux, le schiste et le calcaire. Les artisans lauziers rencontrent des difficultés pour se fournir en lauzes neuves de qualité : délais d’attente très longs, très peu de producteurs de lauzes au niveau national, produit non qualifié et donc non garanti par les carriers …

Le dialogue entre artisans lauziers et carriers n’est pas toujours évident : les besoins des artisans ne sont pas toujours bien compris par les carriers, le manque de concurrence dans ce secteur induit une certaine « dépendance » des artisans au fonctionnement des carriers. Il n’existe pas à l’heure actuelle d’instance de dialogue entre ces professions, qui entretiennent essentiellement des relations économiques.

Les relations entre carriers et artisans ne sont pas forcément basées sur une logique de proximité mais plutôt sur une logique de disponibilité de la ressource ; certains artisans viennent de très loin pour se fournir sur les territoires d’approvisionnement, ce qui pose de nombreuses questions sur le coût du transport mais aussi sur la capacité des carriers à répondre aux besoins du territoire.

Face à l’épuisement des ressources secondaires (issues du recyclage/démolition) et, parallèlement, à la dynamique du marché de la lauze, il est urgent d’anticiper les besoins futurs et de résoudre les problématiques actuelles, afin de ne pas stopper le développement positif de la filière.

Une concertation lancée dans le cadre du programme LAUBAPRO

Dans cette perspective, et dans le cadre du programme LAUBAPRO, un groupe de concertation pilote est en voie d’être mis en place. Composé  de carriers, d’artisans lauziers, de bâtisseurs en pierre sèche et de partenaires LAUBAPRO, ce groupe sera animé par l’IMT Mines Alès. Ce travail collectif doit permettre de poser les premiers constats, d’établir un état des lieux partagé et de mettre d’accord les acteurs sur les enjeux liés à l’approvisionnement (labellisation, stocks de vieillissement, formation …). Il doit ensuite emmener le groupe à s’élargir et à identifier les leviers permettant de répondre à ces enjeux.

Réflexions en cours et retours d’expériences

En parallèle au travail de concertation mené avec les professionnels du secteur, ALC participe également, avec d’autres partenaires, à des travaux sur la diversification des sources d’approvisionnement (micro-carrières, recyclage/réutilisation), à la reconnaissance des carrières « artisanales et patrimoniales », et à rendre plus attractif le métier de carrier.

Dans le cadre du programme LAUBAMAC, le PnR des Causses du Quercy a notamment piloté un projet de réouverture d’une micro-carrière dans le département du Lot (46). Cette expérience a fait l’objet d’un premier rapport « Expérimentation de réouverture d’un site d’extraction de lauzes sur le territoire du Parc », téléchargeable ici.

Un second rapport, également issu de cette expérience, et intitulé « Guide technique d’extraction de lauzes calcaires en micro-carrières », va prochainement être publié.

Dans le cadre du programme LAUBAPRO, plusieurs actions sont menées actuellement sur les questions d’approvisionnement et de valorisation des ressources locales :

  • Deux actions sont pilotées par l’IMT Mines Alès en collaboration avec de nombreux partenaires, dont l’association ALC :
    • La première action permettra d’établir un référencement cartographié des gisements possibles pour l’artisanat du bâti en pierre sèche et de la couverture en lauze à l’échelle de plusieurs départements du Massif Central, pour plusieurs matériaux (calcaire, schiste, phonolite).
    • La seconde action vise la réalisation d’un guide de bonnes pratiques pour l’exploitation d’une carrière artisanale. Cette action doit intégrer l’ingénierie d’une formation technique destinée aux carriers artisanaux (ouvertures, législation…) et l’expérimentation d’un module de formation.
  • Une action est également menée par le PnR Aubrac. Elle porte comme objectif de créer des stocks de pierre et des bourses de matériaux et de développer un outil transférable d’information et de consultation de la ressource pierre disponible : « les pierres collectives ».
  • Enfin, la Communauté de Communes Comtal Lot Truyère porte une action dont le but est de créer une méthodologie de maintien de ressources locales à destination des élus des collectivités territoriales, basée sur sa propre expérience d’accompagnement à la reprise et réouverture de la carrière du Cayrol.