Formations et qualifications

Les CQP Couvreur Lauzier,
un atout pour la profession


Les entreprises de couverture peinent actuellement à trouver de la main-d’œuvre qualifiée. Le marché de la lauze est souvent assuré par des structures dans lesquelles les ouvriers se forment « sur le tas ». Ces mêmes entreprises disposent souvent de carnets de commande pouvant aller au moins jusqu’à un an d’avance.

L’absence de règles, de normes et de formation au sein de la profession des couvreurs lauziers, a conduit certaines entreprises à réaliser des malfaçons par méconnaissance du métier, pénalisant par là-même l’ensemble de la filière et la crédibilité de ce système constructif.

Conscient de la nécessité de sauvegarder le savoir-faire et d’organiser et développer la filière, un groupe de professionnels issu de diverses régions françaises s’est structuré autour d’ALC et de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Région Occitanie, délégation de la Lozère, afin de relever le défi de créer deux CQP Couvreur Lauzier.

En effet, parmi les entreprises existantes de la filière lauzes, une demande importante a été recensée pour qualifier les salariés en leur apportant un complément de compétences qui n’est à ce jour pas enseigné dans le cursus de formation de CAP couvreur. Les CQP Couvreur Lauzier sont vus comme un complément à leur enseignement dans le sens où ils pallient à l’absence de formation qualifiante existante relative à l’utilisation de lauzes naturelles.

Objectifs généraux pour la filière

Les personnes qui auront validé leur CQP pourront prétendre aux postes à pourvoir dans les entreprises spécialisées dans la lauze naturelle, ou créer leur propre activité.

Les entreprises pourront promouvoir leurs compétences dans la couverture en lauze auprès de leur clientèle tant publique que privée, et faire valoir cette certification dans leurs réponses aux marchés publics.

De leur côté, les maîtres d’ouvrages publics pourront imposer aux entreprises certaines conditions de qualification pour être en capacité à répondre aux marchés publics, exigeant ainsi des maîtres d’œuvre qu’ils intègrent dans les CCTP l’acquisition par leur personnel d’un CQP Couvreur Lauzier.

Par conséquent, les concepteurs (ingénieurs, architectes, paysagistes et organismes publics) auront des certitudes quant aux compétences des entreprises et la garantie que celles-ci exécutent les ouvrages dans les règles énoncées dans les différents référentiels.

Avec de la pratique et de l’expérience, certaines personnes pourront évoluer vers le niveau supérieur : « Compagnon Professionnel Couvreur Lauzier » (Niveau III – 210, prochaine qualification envisagée par ALC).

La création des deux Certificats de Qualification Professionnelle permet de sauvegarder et transmettre les techniques de mise en œuvre des lauzes dans le respect des règles définies par la profession, de compléter et qualifier les compétences des entreprises et de leurs salariés, de dynamiser le marché dans son ensemble (de l’extraction à la pose garantissant l’assurabilité des ouvrages) et de préserver durablement le patrimoine.

Les CQP Couvreur Lauzier sont donc indispensables pour, d’une part, répondre au marché qui s’ouvre par une qualification reconnue, et d’autre part, crédibiliser une filière et répondre à l’attente des professionnels de la filière, ainsi qu’à leurs donneurs d’ordre.